Notre métier

L’ingénieur en génie civil est le maître d’œuvre des ouvrages d’art dans leur ensemble, édifices et infrastructures, dont il assure la construction et la réhabilitation.

Geopolis à Ecublens

  • Maître de l’ouvrage : Etat de Vaud, Lausanne
  • Architecte : Itten + Brechbühl SA, Lausanne

L'université de Lausanne a transformé une ancienne usine de meubles pour accueillir la Faculté des géosciences et de l'environnement ainsi que la Faculté des sciences sociales et politiques. Nous y avons piloté les travaux de structures et de génie civil sous la direction de l'entreprise générale Baumag AG et en association avec le bureau SEGC Ingénieurs Conseils SA. Professeurs, étudiants et chercheurs ont pris possession des lieux lors de la rentrée universitaire 2012. 

Dans son ensemble et sur les derniers vingt ans, le nombre d'étudiants fréquentant l'Université de Lausanne a augmenté de près de 70%. Bâtiments et infrastructures ont accompagné ce développement et de nombreuses constructions ont profondément modifié le visage du campus lausannois. Malgré diverses adaptations internes, la faculté de géosciences et de l'environnement et celle de sciences sociales et politiques, souffrent d'un manque d'espace latent. Les autorités cantonales et le rectorat ont donc pris la décision de transformer une ancienne usine de meubles située en bordure du campus afin de créer un nouveau bâtiment susceptible d'accueillir les deux facultés dans des conditions optimales. 

Le projet Geopolis signé des architectes Itten + Brechbühl SA se distingue par une grande transparence et de vastes espaces communs favorisant les échanges professionnels et la vie communautaire. Quatre atriums baignés de la lumière naturelle, ajoutent un caractère aérien de la composition. Par rapport au bâtiment d'origine, la nouveau volume est plus long (147,85 m.), plus large (47,46 m.) et plus haut (quatre niveaux au lieu de deux). Il offre plus de 26'000 m² de surfaces utiles.

Récupération 

Le projet de base prévoyait le maintien de certaines parties du bâtiment existant. La qualité et l'état des matériaux en place ont contraint les concepteurs à abandonner cette idée en cours de chantier. Dans l'espace prit du label Minergie Eco auquel la construction aspire, les bétons existants ont néanmoins été concassés sur place et réutilisés comme agrégats pour les bétons d'enrobage des canalisations, pour des bétons maigres et pour la superstructure routière. 

La portance moindre du terrain naturel a imposé le forage de plus de 500 pieux et l'ancrage partiel de l'enceinte de fouille. 

Les choix constructifs sont classiques pour ce type de bâtiment qui s'appuie sur une structure piliers/dalles faisant un large usage d'éléments préfabriqués (984 piliers et 9 cages d'escaliers). Les grands volumes ouverts et les portées importantes requièrent la mise en place de plus de quatre kilomètres de câbles de précontrainte. Les mesures de protection parasismiques sont également un chapitre important. 

Au-delà des défis structurels, le planning des travaux est à citer parmi les contraintes majeures. L'ensemble des travaux de gros oeuvre devant être réalisé en douze mois, trois grues et trois centrales à béton ont été installées. La réalisation des dalles et des radiers a été subdivisée en cent étapes, matérialisées à un rythme moyen de trois par semaine, à savoir 600 m³ de béton hebdomadaire. 

La pose des éléments de façade a débuté huit mois après le début du gros oeuvre. La remise du bâtiment a été fait pour la rentrée académique de 2012.

Retour aux projets
  • Image
  • Image
  • Image
  • Image